MobilityBlognouveauformat1

Se déplacer pendant les JO : nouvelle épreuve olympique ?

4 min de lectureLLD
La semaine dernière, nous avons tenté d’évaluer l’héritage que laisseront les jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) en matière de mobilité.
Partager cela

Lignes prolongées, accessibilité renforcée, réseaux cyclables densifiés : autant de réalisations qui bénéficieront aux Franciliens sitôt les dernières médailles distribuées.

Qu’en sera-t-il pendant la période des épreuves ? Comment allons-nous nous déplacer au milieu des 800 000 visiteurs attendus chaque jour ?

Eléments de réponse dans cet article !

Un enjeu de taille

Le site officiel[1] des organisateurs annonce la couleur en détournant la célèbre phrase du baron Pierre de Coubertin : « l’essentiel, c’est de se préparer ».

Rappelons quelques chiffres évoqués la semaine dernière pour bien nous rendre compte du défi représenté par ces Jeux Olympiques en matière de mobilité. Pour ces JOP à Paris, 15 000 athlètes, 10 000 millions de spectateurs, et 120 chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus.

La mobilité est un facteur clé pour la réussite de ces JOP. On n’imagine mal Teddy Riner ou Pauline Déroulède arriver en retard pour le début de leurs épreuves…

[1] https://anticiperlesjeux.gouv.fr/

L’encombrement, c’est pour quand ?

En réalité, les restrictions de circulation n’attendront pas le 26 juillet, date de début des Jeux Olympiques. Le top départ des difficultés a déjà été donné… En amont :

Pour accueillir les JOP dans d’excellentes conditions sur les sites iconiques choisis, il faut réaliser des travaux d’aménagement. Tribunes provisoires, terrains… autant de travaux préparatoires qui génèrent dès maintenant des restrictions de circulations significatives.

C’est déjà le cas autour de la place de la Concorde qui accueillera les sports « urbains » (BMX Freestyle, breaking, skateboard et basketball 3x3). Des restrictions de circulations sont aussi en vigueur à proximité du Champ-de-Mars, des Invalides ou du Trocadéro.

La cérémonie d’ouverture : Et si c’était le moment le plus compliqué de toute la période pour envisager un déplacement dans Paris ? Avec son tracé magnifique (et atypique) le long de la Seine, cette cérémonie d’ouverture s’annonce mémorable.

Tenter de traverser Paris ce 26 juillet pourrait s’avérer tout aussi mémorable…

Image1_30-05

La carte ci-dessus montre en rouge la zone où il sera interdit de circuler avec un véhicule motorisé. En complément, les principaux ponts sur la Seine seront inaccessibles. Des stations de transports en commun seront aussi fermées à cette occasion. Même à pied ou à vélo, cette zone sera soumise à des contrôles stricts pour assurer la sécurité de la cérémonie. Un laisser passer sera nécessaire pour pénétrer à l’intérieur du périmètre.
Pendant les épreuves : Pendant les épreuves, il faudra **être aussi agile qu’un ou une athlète **pour s’adapter aux différentes restrictions. En effet, ces dernières évolueront en temps réel au gré des épreuves. Pour parvenir à anticiper, une excellente carte interactive est disponible sur le site https://anticiperlesjeux.gouv.fr/. Avec cette carte interactive, les Franciliens peuvent sélectionner un jour et une heure précise et consulter les zones qu’il faudra éviter.

Prenons un exemple concret avec le 3 août à 11h et découvrons le résultat obtenu :

Image2_30-05

Cette journée sera particulièrement chargée avec l’épreuve Se déplacer, mais à quel prix ?

Se déplacer, mais à quel prix ?

C’est une information qui n’a laissé personne indifférent : les tarifs de la RATP vont grimper en flèche pendant la période olympique.

Concrètement, le prix du ticket de métro va quasiment doubler pour s’élever à 4 euros. L’équivalent du Navigo dénommé « Paris 2024 » coûtera quant à lui 70 euros la semaine. Ces tarifs élevés doivent permettre d’accueillir les visiteurs dans les meilleures conditions, sans faire supporter ce coût aux Franciliens. C’est ce qu’à déclaré Valérie Pécresse, la Présidente de la région, lors de l’annonce de ces tarifs :

«C’est le juste prix. [Je] refuse que ces surcoûts soient payés par les Franciliennes et les Franciliens ». Espérons que ces tarifs exceptionnels disparaissent sitôt les dernières épreuves disputées… de cyclisme, mais aussi de l’athlétisme, de l’escrime, du golf, de la boxe ou encore du badminton.

Alors que faire ? Pour ne pas subir cette période, les organisateurs dispensent un certain nombre de conseils bienvenus :

Anticiper

Avant de se déplacer, il faudra s’informer pour connaître les restrictions de circulation en vigueur au moment du déplacement. La carte interactive présentée ci-dessus va devenir le « must have » de cet été. Cette anticipation permettrad’adapter son itinéraire, voire de reporter son déplacement sur une période plus propice.

Télétravailler

Le recours au télétravail est fortement recommandé par les organisateurs. Ce sont autant de trajets évités qui permettront d’éviter l’engorgement des routes ou des transports en commun. Certaines entreprises ont pris les devants en autorisant exceptionnellement le télétravail pendant la période olympique. D’autres pensent même à imposer des congés sur la période.

Imaginer des moyens alternatifs

Des modes de déplacement alternatifs sont encouragés par les organisateurs. Le site met notamment en avant la marche, le vélo et le covoiturage. Des modes de transport efficaces et écologiques qui pourraient s’avérer précieux pour se déplacer rapidement et facilement cet été. Et si l’obligation de faire différemment était l’opportunité de découvrir de nouvelles mobilités plus actives et plus durables ?

Publié le 30 mai 2024
30 mai 2024
Partager cela

Articles connexes

Fiscalité & législation
-90% d’émissions de gaz à effet de serre : cap sur 2040 !22 février - 3 min de lecture
Conseils & astuces
Compliquez la vie des voleurs de voitures avec ces conseils03 juillet 2023 - 2 min de lecture
Conseils & astuces
Quels comportements suivre pour adopter une conduite écologique sur les routes ?28 juin 2023 - 6 min de lecture